Freelances, comment fixer votre TJM (taux journalier moyen) ?

calculer son tarif journalier

Quel que soit son statut, le freelance va devoir définir ses tarifs… Ce n’est pas une chose aisée pour un consultant débutant, surtout s’il est habitué à des bulletins de salaire. Il va falloir appréhender le sujet sous un autre angle : celui de l’indépendant. Alticéo vous partage sa méthode en 5 étapes.

Etape 1 : faut-il opter pour un taux journalier moyen (TJM) ou un taux horaire?

Dans le monde du freelancing, on parle beaucoup de la notion de TJM, ou Tarif Journalier Moyen. C’est le tarif auquel le consultant va facturer une journée de travail (en général 7h). Il est particulièrement adapté pour les clients qui vous sollicitent plusieurs jours par mois ou sur une durée longue. Si le projet est de facturer plutôt des séances courtes avec vos clients, privilégiez la notion de tarif horaire. Cette façon de facturer « au temps passé » nécessite de bien anticiper le temps que va vous prendre réellement le travail demandé par votre client.

Cependant, en fonction de votre niveau d’expertise, une tarification au forfait peut s’avérer plus avantageuse. Imaginons que vous êtes graphiste et que vous ayez à créer une infographie. Si vous facturez un nombre de jours travaillés et que vous travaillez vite, cela ne sera pas rentable. Il convient alors d’étudier les tarifs pratiqués pour vos prestations et de proposer un prix par prestations de services.

Etape 2 : définir le salaire net que vous souhaitez percevoir

Cette étape n’est pas trop compliquée à comprendre : quel est le salaire net que vous souhaitez percevoir chaque mois ? Pour avoir une idée de la fourchette de prix de vos prestations, il faut prendre en compte deux aspects : le prix du marché et vos propres besoins. Vous pouvez par exemple vous baser sur ce qui est nécessaire pour faire vivre votre foyer ou la rémunération que vous perceviez précédemment dans votre ancien travail salarié.

Ensuite, vous pouvez faire un baromètre des tarifs pratiqués par les consultants freelance dans votre activité. En étudiant la concurrence, vous aurez une idée assez précise de ce qui est acceptable pour une entreprise-cliente. Vous pourrez ainsi combiner toutes ces informations pour déterminer votre salaire.

Prenons dans notre cas, l’exemple d’un consultant indépendant qui souhaite percevoir 2000 € nets par mois.

Etape 3 : rajouter toutes vos charges dans le calcul de votre TJM

Une fois que vous avez identifié le montant de votre salaire net, il convient de rajouter différentes charges.  Selon le statut juridique choisi, les charges vont être différentes. Il convient donc de bien connaitre les frais afférents à votre entreprise. En tant qu’auto-entrepreneur ou en EURL par exemple, il faut penser aux assurances (responsabilité civile professionnelle), les frais de gestion bancaire, l’impôt sur les sociétés et éventuellement l’intervention d’un expert comptable. Pour un consultant porté, il faudra prendre en compte :

  • les charges sociales salariales et charges patronales que la société de portage va payer pour vous verser le salaire adéquat. Ces cotisations représentent environ 80% du salaire net. Ce sont ces charges qui vous permettent de bénéficier d’une protection sociale et de l’assurance chômage.
  • les frais de fonctionnement de la société de portage salarial. Ils représentent les frais de gestion administrative (rédaction de vos contrats de travail, fiche de paie, déclaration URSSAF etc), ainsi que les différents frais de fonctionnement de l’agence. En moyenne, ils s’élèvent entre 7 à 10% selon le contrat de portage.

Au final, le montant facturé à votre client sera d’environ 2,1 salaire net (salaire net : 2000€, montant facturé : 4200 €).

Etape 4 : prévoir les temps qui ne sont pas facturables

Contrairement à un CDI, à temps complet, où vous percevez votre salaire même pendant vos congés payés, en tant qu’indépendant, vous ne pouvez facturer que les jours travaillés. Il faut donc intégrer dans votre facturation les jours où vous ne travaillerez pas :

  • Vos congés (5 semaines par an soit 25 jours)
  • Le nombre de jours dédié à la recherche de nouvelles missions, à la communication, à la gestion administrative (même allégée en portage salarial). En moyenne, cela représente 20% de votre temps. Vous pourrez donc facturer un temps de travail de 20 jours par mois, 4 jours par semaine.
  • Les jours où vous n’avez pas de clients (20% de votre temps par exemple soit 4 jours par mois)

Avec cette méthode de calcul, au lieu de facturer 240 jours par an (20 jours mensuels x 12 mois), vous ne facturerez en réalité que 119 jours dans notre exemple (240 – 25 jours CP – 96 Jours temps non facturés).

Etape 5 : n’oubliez pas les frais professionnels

Les frais professionnels liés à l’exercice de votre activité doivent être ajouté au montant total avant de le transformer en TJM. Les frais comprennent entre autre les frais de déplacement, hébergement et restauration, matériel, logiciels, forfait mobile, location de bureau ou encore un abonnement à un réseau professionnel. Si vous souhaitez des supports de communication, vous pouvez également avoir des frais liés à la création d’une identité visuelle, la création et le support de votre site internet.

Ainsi, en prenant en compte les différents points précédents, pour toucher 2000 € net, il faut donc facturer (montant de la prestation facturée + les frais professionnels) mensuels sur 119 jours facturés par an soit un TJM de (4200 + 300) x 12 = 54000 € : 119 J soit 453,80 € HT de TJM à facturer à l’entreprise.

Etape 6 : faites-vous aider

Chez Alticéo, un professionnel vous aide à reconstituer votre salaire et à définir à vos côtés le TJM le plus pertinent pour vous. N’hésitez pas à solliciter une simulation de salaire, c’est gratuit et sans engagement pour vous.

Si vous désirez en savoir plus sur le fonctionnement des sociétés de portage salarial, Alticéo organise des réunions d’informations mensuelles.

Pour suivre l’actualité du consulting, connaitre les avantages et inconvénients du travail indépendant, suivez-nous sur Facebook et Linkedin.

 

Publié par

Découvrez nos autres articles